Accord sur la 5g météo : quels sont les méfaits pour les prévisions météorologiques ?

octobre 6, 2021 | By David T. | 0 Comments

Les météorologues affirment que les normes internationales en matière de technologie sans fil pourraient dégrader les mesures satellitaires cruciales de la vapeur d’eau. L’agence internationale qui régit les télécommunications mondiales a adopté de nouvelles normes en matière de radiofréquences.

 

Les météorologues estiment que cette décision, attendue depuis longtemps, menace l’avenir des prévisions météorologiques dans le monde entier en permettant aux transmissions des réseaux de téléphonie mobile de dégrader la qualité des observations de la Terre depuis l’espace.

 

Au niveau de l’accord sur la 5G météo : quels sont les méfaits pour les prévisions météorologiques?

 

Généralité sur le réseau 5G

 

Les entreprises de téléphonie mobile commencent à déployer leurs réseaux de nouvelle génération, connus sous le nom de 5G, dans le monde entier. Le nouvel accord est censé désigner les fréquences radio sur lesquelles les équipements 5G météo  peuvent transmettre.

5g météo

Mais certaines de ces fréquences se rapprochent dangereusement de celles utilisées par les satellites pour recueillir des données météorologiques et climatiques cruciales. Pour éviter que les signaux n’interfèrent les uns avec les autres, les chercheurs ont proposé de réduire la quantité de bruit autorisée à s’échapper des transmissions 5G. Dans le cas des véhicules autonomes et la météo, ce qu’il faut savoir c’est que la météo affecte la façon de conduite d’une voiture autonome.

 

La nouvelle réglementation sur la 5G

 

Lors d’une réunion de l’Union internationale des télécommunications à Sharm El-Sheikh, en Égypte, les négociateurs ont accepté d’introduire deux niveaux de protection pour les fréquences proches de 24 gigahertz. Une gamme proche de celles que les satellites météorologiques utilisent pour détecter la quantité d’eau dans l’atmosphère. Les entreprises qui exploitent des réseaux 5G météo disposeront d’une norme relativement souple d’ici à 2027.

 

Mais le fait d’avoir passé huit ans avec des réglementations relativement souples est « très préoccupant » pour les météorologues, déclare un météorologue de Météo-France à Toulouse, qui dirige un groupe. Même si des protections plus fortes pour les observations de la Terre entrent en vigueur en 2027, le réseau 5G menace toujours les prévisions météorologiques. Suivre l’évolution du climat, voici les meilleures applications Android météo gratuite pour vos appareils.

 

 

La zone tampon

 

Ces données alimentent les prévisions météorologiques. Les météorologues affirment que le problème est gérable, mais seulement si le tampon de bruit entre les transmissions 5G météo et le signal de vapeur d’eau sont suffisants. Ce tampon se mesure en décibels-watts, un peu comme si vous baissiez le volume de votre chaîne stéréo pour ne pas déranger vos voisins.

 

À l’approche de la conférence d’Égypte, les météorologues, l’industrie du sans-fil et les organismes de réglementation gouvernementaux se sont affrontés sur la façon de définir un niveau d’interférence approprié. L’OMM (Organisation Météorologique Mondiale) a fait pression pour que le tampon le plus important soit de -55 décibels-watts. Les régulateurs européens se contentaient d’une recommandation moins stricte de -42 décibels watts pour les stations de base 5G météo.

En France, la Commission fédérale des communications avait préconisé une restriction beaucoup plus souple, de seulement -20 décibels-watt, ce qui aurait autorisé plus de 150 fois plus de bruit que la proposition américaine. La nouvelle norme est la plus proche de la recommandation européenne : elle est de -33 décibels watts jusqu’au 1er septembre 2027, et de -39 décibels watts après cette date. Ces deux valeurs ont été fixées à l’issue de longues négociations entre les États membres.

 

Des problèmes de prévision

 

Même le niveau le plus strict n’est pas suffisant pour éviter d’interférer avec les mesures de la vapeur d’eau. Une étude a révélé que les stations de base 5G météo devaient émettre avec un tampon de bruit de -52,4 décibels watts pour protéger les observations de vapeur d’eau.

 

Les météorologues devront trouver un moyen d’atténuer l’impact sur les observations par satellite, peut-être en travaillant avec l’industrie du sans fil. Il s’agit de trouver des moyens d’arrêter ou de rediriger les transmissions 5G météo lorsqu’un satellite effectue ses mesures.

 

Le nouvel accord exige une « surveillance continue » de la façon dont les réseaux 5G météo affectent les observations météorologiques, mais il n’a fourni aucun détail sur ce que cette surveillance impliquerait ou sur les conséquences en cas de dégradation des données météorologiques.

5g météo

A voir également sur le site, le processeur de son pour l’autoradio Android A3 8p.

 

D’autres accords conclus portent notamment sur la rapidité avec laquelle les grandes flottes de satellites doivent être lancées (pour éviter de monopoliser le spectre des fréquences radioélectriques) et sur les fréquences sur lesquelles les « pseudosatellites » (tels que les dirigeables à haute altitude et les drones) peuvent émettre.

 

Parmi les autres accords conclus figurent la vitesse à laquelle les grandes flottes de satellites doivent être lancées (pour éviter de monopoliser le spectre des fréquences radio) et les fréquences sur lesquelles les « pseudosatellites » (tels que les engins aériens à haute altitude et les drones) peuvent émettre.